Pascale B.

22 septembre 2022

L’histoire de quelqu’un qui va aller mieux

Paris, place d’Italie.
Candice porte secours à Dominique, une femme accidentée. Cette rencontre fortuite débouche sur un rapprochement entre ces deux femmes différentes mais attirées. Dominique partage sa passion pour Zola et Candice s’épanche sur sa vie.
Leurs fêlures cohabitent de manière énigmatique à la limite de l’emprise

Thriller très romancé, très dialogué, où Tatiana de Rosnay mêle son histoire personnelle et sa dévotion pour Zola à un suspense psychologique prenant.

Hommage à Zola, boulimie clandestine, en tout cas un récit particulier et inattendu.

Albin Michel

21,90
22 septembre 2022

« Je n’étais qu’une enfant »

Oakland. Kiara et son frère aîné Marcus sont acculés par les dettes, de père disparu, leur mère en prison…Face à l’inactivité de son frère, Kiara, jeune afro-américaine, cherche des solutions et, naïvement sur un quiproquo, est emportée dans une spirale prostitutive.

Premier roman de la très jeune Leila Mottley qui, d’un style léger mais très mature, dénonce l’exploitation sexuelle de jeune filles noires par les policiers.
L’écriture est directe, portant un regard féministe sur la violence sourdine doublement injuste qui menace la position d’être une femme et noire ; la masculinité s’appropriant les corps sans état d’âme.
Bien que le personnage rationalise sa situation, elle doit survivre au milieu des prédateurs tout en maternant son frère et le jeune Trévor délaissé par sa mère.

Point de vue réaliste d’une adolescence vulnérable et désenchantée rendue invisible par la société, mais dont le courage peut générer l’espoir.
Intime et sensible.

« On a fini par devenir trop grands pour nous-mêmes »
« Et je crois bien que ça pourrait être ça cet amour qui met tout l’univers sur pause »

Buchet-Chastel

16,50
22 septembre 2022

Message in a bottle

L’auteur donne la parole à Lucien qui revient sur son enfance et son adolescence.
Ce petit garçon différent, plein de rêveries, de secrets et de rituels, resté frêle car surprotégé par une mère persuadée que le monde est hostile.
« Lulu », de père inconnu, s’est construit sans appui, grandit comme un clandestin et compense sa solitude par des collections insolites sur la plage, fusionnant avec la nature.

Le récit, troublant dans sa prise de conscience de la relation polluante de l’homme avec l’océan, se veut rassurant à travers l’obstination et l’émerveillement de cet enfant en quête d’émancipation grâce à son rapport à la mer et la force de sa différence.

D’une écriture franche, fluide et sensible, Léna Paul-Le-Garrec, offre une réflexion d’actualité objective dans un contexte bienveillant.

« Je suis cet enfant aux poches de jean usées à force d’être assis seul, sur les marches, dans un coin de préau »
« Au petit matin. Lorsqu’il est le plus beau, le plus prometteur, qu’il n’est pas encore envahi par la quotidienneté . »

24,00
19 septembre 2022

Landry et la fontaine

Old Ox, petite commune de Géorgie, Etats-Unis.
A travers l’histoire d’un couple de Géorgiens blancs qui accueillent sur leurs terres deux frères noirs affranchis, l’auteur aborde la période de reconstruction des esclaves dans leur toute récente libération suite à la guerre de Sécession, et la réaction des habitants restés racistes et hostiles.
L’équilibre d’une famille Géorgienne en est menacée quand leur fils revient de la guerre.
Premier roman maîtrisé sur le courage nécessaire à la libération des Afro-Américains de leur servitude, sur leur parcours tragique face à la résistance pour tout apprendre, tout commencer dans une vie à construire.
Nathan Harris donne la parole à des personnages étudiés et peaufinés.
Récit âpre, captivant, parfois poétique comme la douceur de l’eau.

« …Il était évident que les ombres de leur vie antérieure resurgissaient à tout moment et leur signifiaient que le seul moyen de conjurer le sort, c’était la fuite »

19 septembre 2022

Générique de fin

Le roman raconte les quelques jours précédant l’évacuation d’une ZAD dans le parc du château de la vieille Héloïse où elle a accueilli un groupe de zadistes menée par Magali, en vaine contestation contre un projet d’aménagement d’un grand contournement autour de Strasbourg.
Retour sur ce rassemblement improbable de divers militants, venus pour diverses raisons, avec une châtelaine s’ensauvageant, en pleine rédemption chrétienne ; et l’éloquente Magali entraînée à la lutte, polymilitante.

Alexis Anne-Braun rend très bien compte de cet effort collectif engagé pour réfléchir à une organisation différente de la vie matérielle et affective des hommes ; d’une communauté de croyants à la justice, à l’amour, la réparation, renouant les rapports au vivant.

Chacun y avoue sa vie, ses amours, donnant une touche romanesque à ce récit de rage soutenu par une narration fluide et soignée, dans un remue-ménage de corps et d’idées, de sueurs et d’intuitions …

« Vinci. Bravo. On donne des noms de peintres pour foutre en l’air les paysages »

« Magali est grosse et elle est belle. Ça rend les gens idiots, comme s’il n’y avait là une contradiction »